transparentrgpd accord

Lamyropsis cynaroides (Lam.) Dittrich

Famille :
Asteraceae
Genre :
Lamyropsis
Carduus Creticus, foliis lanceolatis, splendentibus, subtus incanis, flore purpurascente Coroll. I. R. Herb. 31 / Cinara Cretica, foliis Cardui lanceolati / Cnicus cynaroides (Lam.) Willd.

Observé par Tournefort sur la presqu'île d'Akrotiri, entre Houmeriako et Kritsa, à Arcadi, sur le Psiloritis, entre Asomaton et Vrisses, et dans le massif du Kedros (Crète).

A deux reprises, Tournefort cite dans son journal un Cinara cretica, foliis Cardui lanceolati, flore coeruleo (ou subcoeruleo) parvo. Dans la mesure où il ne reprend pas l'appellation dans le Corollaire, on peut supposer qu'il s'agit simplement d'une forme pâle et chétive de Lamyropsis cynaroides.

Cnicus cynaroides (Lam.) Willd. BW09673010. Botanic Garden and Botanical Museum Berlin-Dahlem, Freie Universität Berlin. Specimen of the voyage of J. P. de Tournefort and A. Gundelsheimer

Carduus Creticus, foliis lanceolatis, splendentibus, subtus incanis, flore purpurascente. Collection du MNHN-Paris - Direction des bibliothèques et de la documentation

Cinara Cretica Cardui lanceolati folio. Ms 78. Collection du MNHN-Paris - Direction des bibliothèques et de la documentation

Lamyropsis cynaroides (Lam.) Dittrich, Phalasarna, Crète, avril 2018.

" Cinara Cretica foliis Cardui lanceolati

La tige est haute d’un pied ou 15 pouces, ferme, solide, pleine d’une moelle blanche, anguleuse, cannelée et cotonneuse, garnie de plusieurs feuilles alternes longues d’environ 5 pouces sur un pouce et demi de large, tout à fait semblables par leurs découpures à celles du Carduus lanceolatus latifolius B. p. [= Cirsium vulgare subsp. vulgare], avec des piquants jaunâtres, vert brun, fort luisantes et veinées de blanc, relevées d’une grosse côte en-dessous, cotonneuse et blanche, embrassant une partie de la tige par 2 oreilles anguleuses, sans saveur manifeste. Ces feuilles diminuent à mesure qu’elles approchent de la sommité. De leurs aisselles naissent quelques branches qui soutiennent chacune une fleur longue de 2 pouces sur autant de large, si l’on compte les piquants du calice qui sont éparpillés sur les côtés. Ce calice est formé par plusieurs écailles longues d’un pouce à 15 lignes, terminées par un piquant jaunâtre très dur. La fleur est un amas de fleurons longs de 15 lignes, gris-de-lin, de bonne senteur. Ce sont des tuyaux très minces et blancs sur le derrière, évasés en devant et découpés en 5 parties fort étroites, du milieu desquelles s’élève une gaine fort mince, surmontée par un filet beaucoup plus long. Chaque fleuron porte un embryon de graine blanc sale, long d’une ligne et demie sur 2 lignes de large, chargé d’une aigrette blanche très finie, longue de 9 lignes. "