transparentrgpd accord

Securigera globosa (Lam.) Lassen / Coronilla globosa Lam.

Famille :
Fabaceae
Genre :
Securigera
Coronilla herbacea, flore candido, magno, in capitulum globosum congesto Coroll I R Herb 44 / Hedysarum argenteum P. Alp. Exot. 314

Observée par Tournefort à Stylos (Crète).

La description de Tournefort correspond bien à Securigera globosa. Toutefois, dans l'Encyclopédie méthodique, Lamark, qui propose le nom de Coronilla globosa indique qu' "on trouve cette plante dans l'île de Candie, dans les champs cultivés" (LAMARCK 1783-1817). On ne trouve aujourd'hui Securigera globosa que dans des falaises calcaires ou dépôts alluviaux (TURLAND 1993).

Coronilla globosa Lam., Botanic Garden and Botanical Museum Berlin-Dahlem, Freie Universität Berlin

Securigera globosa (Lam.) Lassen, gorges de Therisso, Crète, avril 2018.

Securigera globosa (Lam.) Lassen, gorges de Therisso, Crète, avril 2018. Photo Jean-Pierre Brizard.

" Les tiges de cette plante sont couchées sur terre, longues d’un pied ou d’un pied et demi, creuses, cannelées, vert gai, garnies à chaque nœud d’une côte longue d’environ 3 pouces sur laquelle naissent ordinairement 5 ou 6 paires de feuilles semblables à celles du Galega, longues de 8 ou 9 lignes sur 5 ou 6 de large, attachées chacune à la côte qui est sillonnée et qui n’a que demi ligne de large. Chaque feuilles est arrondie à son extrémité et terminée par une petite pointe qui est un allongement du pédicule qui l’attache à la côte. Les feuilles qui naissent sur les autres côtes sont plus petites, mais les unes et les autres sont vert gai, amères, et d’un goût de légume. Des aisselles des côtes supérieures naissent des pédicules longs de 4 ou 5 pouces, terminés par un bouquet sphérique du diamètre d’un pouce et demi, composé environ de 30 ou 40 fleurs légumineuses, longues de demi pouce, dont l’étendard est relevé, arrondi, blanc avec les bords rabattus sur le derrière, marbré de quelques lignes purpurines vers sa naissance. Les ailes sont toutes blanches aussi avec une oreillette chacune, mais la carène qui est en bec d’oiseau a le bout purpurin sale. Elle renferme un pistil vert gai, couvert de sa gaine membraneuse et frangée. Le calice est long d’une ligne sur autant de large, crénelé à 4 ou 5 pointes. Le pédicule qui soutient la fleur ordinairement a 4 lignes de longs. "