transparentrgpd accord

Du 1er au 27 mars 1701, Chios

La partie du journal d’herborisation manuscrit qui concerne Chios est malheureusement très peu lisible. Nous nous reportons donc au texte publié en 1717 sous le titre Relation d’un voyage du Levant fait par ordre du Roy (TOURNEFORT 1717).

Une île montagneuse et rude, mars 2019.

Verger au sud de Chios, mars 2019.

Ile de Chios, mars 2019.

" A l’égard de la campagne, Athénée a raison de dire que Scio est une île montagneuse et rude : cependant les bois rendaient ces montagnes plus agréables dans ce temps-là, au lieu qu’elles sont aujourd’hui assez stériles.

Cette campagne est pourtant admirable en certains endroits, et l’on n’y voit qu’orangers, citronniers, oliviers, mûriers, myrtes, grenadiers, sans compter les lentisques et les térébinthes.

 

Au reste le séjour de Scio est très agréable (…). A l’égard des plantes, [elle] en produit de parfaitement belles. Les deux espèces de Leontopetalon [Leontice leontopetalum L. et Bongardia chrysogonum (L.) Sp.] y sont fort communes en certains quartiers.

 

Nous observâmes auprès de la ville une espèce d’Aristoloche dont la fleur me parut si extraordinaire que j’en ai fait graver la figure.

 

La passion que nous avions de voir Constantinople nous fit partir de Scio le 27 mars sur une saïque turque."

 

Egalement vue et récoltée à Chios : Malcolmia chia DC.