transparentrgpd accord

Cupressus sempervirens L.

Famille :
Cupressaceae
Genre :
Cupressus
Cupressus mas & foemina / Cupressus patula

Observé par Tournefort à Arcadi, dans la montagne au départ de Therissos (Crète).

Cupressus sempervirens L., Agios Modestos, Crète, avril 2018. Forme fastigiée = C. foemina.

Cupressus sempervirens L., Lefka Ori, Crète, avril 2018. Forme tabulaire = C. mas.

Cupressus sempervirens L., Lefka Ori, Crète, octobre 2018.

Cupressus sempervirens L., Omalos, Crète, avril 2018. Photo Jean-Pierre Brizard.

Cupressus sempervirens L., Lefka Ori, Crète, avril 2018.

" Quoi qu’en dise Belon, Théophraste et Pline ont eu raison d’assurer que les Cyprès croissent naturellement [dans les montagnes blanches] parmi la neige, aussi bien que dans les vallées. Belon n’avait pas pris la peine de s’y transporter. On les appelle aujourd’hui les montagnes de Sfachia, village du même nom, que l’on découvre de leur sommet, en descendant à la mer du Sud [Chóra Sfakíon]. " TOURNEFORT 1717.

 

" Quant aux cyprès, ils ne viennent pas en pays de forêts, comme plusieurs ont estimé, car ils croissent un çà et l’autre là, en diverses contrées des montagnes, soit qu’ils n’y aient point été semés ; toutefois ils cherchent la partie méridionale, et sont de telle nature qu’encore qu’on les ait coupés par le pied, le tronc toutefois ne laisse pas à rejeter plusieurs rameaux. Les cyprès en ce lieu-là ne s’élèvent pas en hauteur, mais trop bien s’amusent à croître en épaisseur. Aussi voit-on des caisses de cyprès moult larges, faites en la ville de Candie. Ils croissent aussi bien ès montagnes nommées Leuci, autrement la Spachie, comme ils font au mont Ida, nommé Psiloriti. " BELON 2001 (1553).

 

" Toujours est-il qu’en Crète, dans le massif de l’Ida et dans ce qu’on appelle les monts Blancs, il y a, paraît-il, du cyprès sur les sommets d’où jamais la neige ne se retire ; c’est en effet la principale essence forestière de l’île en général et de ses montagnes." THÉOPHRASTE. 2010, (IV, 1, 3).

 

" Dans l'île de Crète, en quelque lieu que l'on remue la terre, le cyprès y germe par une force naturelle, et perce aussitôt le sol ; et même dans cette île il n'est pas besoin de solliciter le sol : spontanément, et surtout dans la chaîne du mont Ida, dans les montagnes nommées Blanches, sur des sommets toujours couverts de neige, le cyprès, chose merveilleuse ! abonde, tandis qu'ailleurs il ne vient qu'en des lieux chauds, et encore est-il très dédaigneux du sol qui lui sert de nourrice.  " PLINE l’ANCIEN. 2013 (XVIII, 14, 1).