transparentrgpd accord

Origanum microphyllum (Benth.) Vogel

Famille :
Lamiaceae
Genre :
Origanum
Majorana Cretica, Origani folio, villosa, Satureiae odore, flore purpurascente Coroll. I. R. Herb. 13 / Maru Creticum P. Alp. Exot. 288 / Majorana Cretica, rotundifolia, Lavandulae odore, capitulis minoribus, incanis, flore purpurascente Coroll. I. R. Herb. 13 / Majorana Cretica, Origani folio, brevioribus et rarioribus capitulis flore purpureo.

Observé par Tournefort dans le Lassithi, entre Houmeriako et Kritsa, dans les Lefka Ori (Crète).

L'examen des planches d'herbier montre que Cretica, Origani folio, villosa, Satureiae odore, flore purpurascente et Majorana Cretica, rotundifolia, Lavandulae odore, capitulis minoribus, incanis, flore purpurascente, sont une seule et même espèce. La principale différence dans les descriptions de l'une et l'autre espèce porte sur le caractère "blanchâtre" ou "plus foncé" que la fleur des anthères, mais la variation peut tenir à leur état de maturité : chargées de pollen, elles sont effectivement plus claires ; une fois le pollen disparu, elles sont foncées.

Majorana Cretica, Origani folio, villosa, Satureiae odore, flore purpurascente. Collection du MNHN-Paris. Photo MNHN.

Majorana Cretica, folio subrotundo, Lavandulae odore. Aubriet (Claude). Ms 78. Collection du MNHN-Paris - Direction des bibliothèques et de la documentation

Majorana Cretica, rotundifolia, Lavandulae odore, capitulis minoribus, incanis, flore purpurascente. Collection du MNHN-Paris

Majorana Cretica, rotundifolia, Lavandulae odore, capitulis minoribus, incanis, flore purpurascente. Collection du MNHN-Paris

Majorana cretica, Origani folio, brevioribus et rarioribus capitulis flore purpureo.

" La racine est ligneuse, garnies de fibres noires, accompagnées de chevelu. Elle pousse plusieurs tiges dures, ligneuses, rougeâtres, cassantes, gercées, épaisses d’une ligne et demie ou deux, carrées, velues, avec des feuilles à chaque nœud, semblables à celles de Calamintha Pulegii odore s. Nepeta, velues, vert pâle, presque rondes, finissant en pointe obtuse, longues de demi pouce, attachées par un pédicule qui n’a qu’une ligne de long, sentant tout à fait la Sarriette. Des aisselles de ces feuilles naissent de petites branches dont les feuilles sont semblables aux autres mais plus petites. La sommité se divise aussi en branches opposées en croix, menues, blanchâtres, subdivisées en brins assez écartés les uns des autres qui soutiennent chacun une tête longue de 3 ou 4 lignes sur presque 2 de large, formée par 4 rangs d’écailles vert pâle, velues, d’où naissent des fleurs purpurines, longues de 2 lignes, fort étroites en derrière, évasées en devant en 2 lèvres, dont la supérieure est presque ronde avec les bords retroussés en derrière, longue d’une ligne ; la lèvre inférieure est aussi longue, mais elle est partagée en 3 quartiers, dont le moyen est plus large que les autres. Les étamines sont plus longues que la fleur, très déliées, avec des sommets blanchâtres. Le calice est un tuyau long d’une ligne, divisé en 2 lèvres. "

 

Majorana Cretica, folio subrotundo, Lavandulae odore, flore purpureo.

" Ses racines sont brunes, ligneuses, longues de 7 ou 8 pouces, traçantes, garnies de filets chevelus de même couleur et poussent plusieurs tiges hautes d’un pied, dures, ligneuses, branchues presque dès leur naissance, épaisses d’une ligne vers le bas, couvertes d’une écorce brune, mais plus […] claires dans le reste de leur longueur, garnies de temps en temps de feuilles opposées 2 à 2 assez semblables à celles de la Marjolaine commune, âcres, longues de 3 lignes sur 2 et demie de large, douces et [comme drapées], vert cendré. De leurs aisselles il en sort de beaucoup plus petites, [et] des brins fort minces. Il y a d’autres brins qui soutiennent des bouquets de fleurs qui sont des têtes fort serrées, longues de 2 ou 3 lignes, composées de quelques écailles blanchâtres, cotonneuses, disposées ordinairement à 4 rangs, arrondies et appliquées les unes sur les autres. Les fleurs sortent parmi ces écailles et s’épanouissent les unes après les autres ; chaque fleur est longue de 2 lignes. C’est un tuyau fort petit qui s’évase en 2 lèvres purpurines plus ou moins foncées. La supérieure est un peu relevée, arrondie et comme échancrée. L’inférieure est découpée en trois parties. Les étamines avancent un peu plus que la fleur et sont chargées de sommets plus foncés."