transparentrgpd accord

Calligonum polygonoides L.

Polygonoides Orientale, Ephedrae facie Coroll. I. R. Herb. 47

Observé par Tournefort dans la plaine de Khor Virap (Arménie).

Polygonoides Orientale Ephedrae facie. Collection du MNHN-Paris

Polygonoides Orientale Ephedrae facie. Aubriet (Claude). Relation d’un voyage du Levant fait par ordre du roy. Gallica.bnf.fr. Bibliothèque nationale de France

Calligonum polygonoides L., sables de Goravan, Arménie, juillet 2019.

Sables de Goravan, Arménie, juillet 2019. Photo Frédéric Tintilier.

" Polygonoides

C'est un arbuste de trois ou quatre pieds de long, fort touffu et fort étendu sur les côtés, son tronc est tortu, dur, cassant, épais comme le bras, couvert d'une écorce roussâtre, divisé en branches tortues aussi, subdivisées en rameaux d'où naissent, au lieu de feuilles, des brins cylindriques épais de demi ligne vert de mer, longs d'un pouce ou 15 lignes, composés de plusieurs pièces articulées bout à bout, si semblable aux feuilles de l'Ephedra , qu'il n'est pas possible de les distinguer sans voir les fleurs. Des articulations de ces brins il en sort d'autres qui sont articulés de même, et ces derniers poussent dans leur longueur quelques fleurs de trois lignes de diamètre. Ce sont des bassins découpés en cinq parties jusque vers le centre, vert pâle dans le milieu, et blancs dans le reste. Du fond de chaque bassin sort un pistil long d'une ligne et demie, anguleux, relevé de petites arrêtes et entouré d'étamines blanches dont les sommets sont purpurins. Chaque fleur est soutenue par un pédicule très délié et fort court. Le pistil devient un fruit long d'environ demi pouce, épais de quatre ligne, de figure conique, cannelé profondément dans sa longueur. Les cannelures sont parfois droites, quelquefois spiralées. Leurs arrêtes sont terminées par des ailes découpées en franges, très menues. Quand on coupe le fruit en travers on en découvre la partie moelleuse, laquelle est blanche et angulaire. Les fleurs ont l'odeur de celles du tilleul, ne se flétrissent que tard, et restent à la base du fruit comme une espèce de rosette. Les feuilles ont un goût d'herbe, mais stiptique [astringent]. " TOURNEFORT 1717.