transparentrgpd accord

Lythrum junceum Banks & Sol.

Salicaria Cretica Gratiolae folio / Salicaria Cretica Punicae folio Coroll I Herb 18

Observé par Tournefort entre Ierápetra et Kalamafta et entre Arcadi et Réthymnon (Crète).

Je fais l'hypothèse que Salicaria Cretica Gratiolae folio désigne Lythrum junceum, dont les feuilles sont un peu plus larges que celles de Lythrum hyssopifolia, et peuvent évoquer celles de la Gratiole. Dans le Corollaire on ne trouve pas cette salicaire à feuille de gratiole, mais une Salicaria Cretica, Punicae folio (TOURNEFORT 1703). Je pense qu'il s'agit de la même espèce, une salicaire à feuilles larges, dont Tournefort aura finalement trouvé  qu'elles ressemblaient davantage à des feuilles de grenadier qu'à des feuilles de gratiole. Kohne, dans sa monographie sur les Lythracées (KOEHNE 1880-1885), donne Salicaria Cretica, Punicae folio comme synonyme de Lythrum flexuosum (=L. junceum).

Lythrum junceum Banks & Sol., Préveli, Crète, avril 2018.

Lythrum junceum Banks & Sol., Préveli, Crète, avril 2018.

Lythrum junceum Banks & Sol., Préveli, Crète, avril 2018. Photo Jean-Pierre Brizard.

" Cette plante vient le long des eaux. La racine est blanche, fibreuse, longue de 2 pouces, et produit une tige carrée, épaisse d’une ligne, vert pâle, rougeâtre en quelque endroit, garnie de feuilles longues d’un pouce et demi sur 5 ou 6 lignes de large, lisses, obtuses à la pointe, semblables à celles du Grenadier. Ces feuilles sont 2 à 2, et de leurs aisselles naissent des branches chargées de feuilles beaucoup plus petites, si bien que les dernières n’ont qu’une ligne de large sur demi-pouce. La tige est haute d’un pied et demi ou deux. Des aisselles de ces dernières feuilles tout le long de la tige et des branches naissent des fleurs à 6 feuilles, purpurines, longues de 3 lignes, larges d’une ligne et demie, pointue à leur naissance, arrondies à la pointe, traversées par une ligne plus obscure. Elles naissent d’abord d’un calice en entonnoir long de 4 lignes, évasé de 2 lignes, vert pâle rougeâtre sur les bords. Les étamines sont blanches chargées de petits sommets. Le pistil est oblong, vert pâle, la feuille est mucilagineuse quand on la mâche. Il ne faut pas confondre cette plante avec la variété de l’Hyssopifolia à larges feuilles. "