transparentrgpd accord

Teucrium brevifolium Schreb.

Teucrium frutescens, Stoechadis Arabicae folio & facie Coroll I Herb 14 / Rosmarinum Stoechadis facie P. Alp. Exot. 103

Observé par Tournefort à Naxos, à Anafi.

Teucrium frutescens, Stoechadis Arabicae folio & facie. Collection du MNHN-Paris 

Teucrium frutescens, staechadis Arabicae folio et facie, Coroll I R Herb 14, Anonyme. Collection du MNHN-Paris - Direction des bibliothèques et de la documentation

Teucrium brevifolium Schreb., Vai (Crète), avril 2015. Photo Frédéric Tintilier.

Teucrium frutescens, Stoechadis Arabicae folio & facie, détail. Collection du MNHN-Paris 

" Teucrium frutescens, Stoechadis folio & facie. Rosmarinum Stoechadis facie P. Alp.
C’est un arbrisseau fort touffu, haut d’un pied et demi ou deux, dont les racines sont ligneuses, dures, épaisses de 4 ou 5 lignes, longues d’un pied et demi, quelquefois davantage, étendues sur les côtés , blanc sale en-dedans, couvertes d’une écorce rouge orangé, brunes en dehors, gercées, accompagnées de fibres de même couleur, longues de 4 ou 5 pouces, & dont l’odeur approche de celle du safran. Ces racines paraissent fades d’abord, elles sont amères quand on les mâche. Les tiges sont tortues, et [toutes] branchues dès leur naissance. Le bois en est blanc sale, couvert d’une écorce verdâtre, brune et gercée en dehors. Ces tiges ont 3 ou 4 lignes d’épaisseur. Elles se divisent et se subdivisent en une infinité de rameaux [écartés] sur les côtés qui forment un buisson arrondi. Les jeunes branches sont carrées, roussâtres, épaisses de demi-ligne, garnies d’espace en espace de bouquets de feuilles opposées 2 à 2 tout à fait semblables à celles du Stoechas arabica [=Lavandula stoechas L.]. Elles sont vert cendré, longues de demi-pouce ou de 7 ou 8 lignes sur une ligne de large, rarement davantage, obtuses à leur pointe, traversées par un petit sillon, amères, un peu aromatiques quand on les écrase. Ces jeunes branches se terminent par des brins plus déliés sur la longueur desquels naissent 4 ou 5 fleurs assez écartées les unes des autres. Chaque fleur est longue de demi-pouce. La lèvre supérieure manque, mais sa place est occupée par quelques étamines courbes tirant sur le brun, chargées de sommets jaunâtres. La lèvre inférieure est blanche, et commence par deux oreilles longues de 2 lignes, obtuses, rayées de purpurin ainsi que le reste de la gouttière, laquelle s’étend en lèvre divisée en 3 quartiers, dont celui du milieu est long de 4 lignes sur 2 lignes de large. Les quartiers des côtés n’ont que 2 lignes de long. Ils sont fort obtus. Le calice est une cloche longue d’une ligne et demie, vert pâle, comme cannelé et divisé en [5] pointes. Le pistil est à 4 embryons terminés par un filet [courbe]. Il devient ordinairement un fruit à 4 graines. Le calice lui sert de [capsule], et sans perdre sa forme, il s’allonge jusqu’à deux lignes sur autant de large, attaché par une petite queue d’environ 2 lignes qui le fait pencher en bas. Chaque graine est un petit rognon long d’une ligne, roussâtre, bossu d’un côté, creusé de 2 petites fosses de l’autre. La fleur est sans odeur. "