transparentrgpd accord

Pulicaria odora (L.) Rchb.

Aster Creticus, Conyzoides, flore magno, luteo, Asphodeli radice Coroll I Herb 3

Observée par Tournefort entre Ierápetra et Kalamafta et à Therissos, sur la péninsule de Gramvoussa et à Kissamos (Crète).

Lamarck donne Aster Creticus, Conyzoides, flore magno, luteo, Asphodeli radice comme synonyme de Inula conyzoides Desfont. (= Pentanema montanum (L.) D.Gut.Larr. = Inula montana L.). Inula montana n'est pas présente en Grèce. En l'absence de planche d'herbier qui puisse apporter une certitude, je propose comme identification Pulicaria odora, qui correspond bien à la description de Tournefort et au dessin d'Aubriet.

Aster Creticus, conyzoides, flore magno, luteo, Asphodeli radice, Coroll I R Herb 36, Aubriet (Claude). Collection du MNHN-Paris - Direction des bibliothèques et de la documentation

" La racine est un amas de fibres noirâtres en dehors, blanches en dedans, épaisses de 3 lignes et semblables à de petits navets, charnus, cassants, longs de 2 ou 3 pouces, attachés à une tête oblique, amers, sans odeur, entremêlés avec d’autres fibres plus menues. Les premières feuilles sont semblables à celles de la Conyza major vulgaris B. p., longues de 4 ou 5 pouces sur 2 ou 3 de large, vert pâle, relevées en dessous d’une grosse côte. La tige a un pied ou 15 pouces de haut, droite, ferme, rougeâtre, épaisse d’environ 2 lignes, velue, accompagnée de feuilles assez près les unes des autres, légèrement velues, peu amères, semblables aux premières, mais plus étroites et qui l’embrassent par une base arrondie en oreillettes. Ces feuilles vont toujours diminuant et deviennent très pointues, plus blanches et plus cotonneuses par le dessous que les premières, n’ayant qu’un pouce et enfin 5 ou 6 lignes de long. De leurs aisselles naissent tout au haut de la tige des branches longues de 2 ou 3 pouces qui surpassent quelques fois la tige même et soutiennent chacune une fleur jaune, radiée, du diamètre de 15 lignes, quelquefois 18. Le disque est un peu convexe, formé par une infinité de fleurons fort menus, divisés en étoile, qui n’a pas une ligne de diamètre et découpés en 5 pointes très déliées. La couronne est à 2 ou 3 rangs de demi fleurons qui débordent de la longueur de 5 lignes sur demi ligne de large, équarris et crénelés à leur pointe. Les uns et les autres sont appuyés sur des embryons barbus. Le calice est à plusieurs feuilles fort étroites, blanchâtres et velues. La fleur étant froissée entre les doigts sent comme celle du Chamaemelum nobile B. p. "