transparentrgpd accord

Salvia pomifera L.

Famille :
Lamiaceae
Genre :
Salvia
Salvia Cretica, frutescens, pomifera, foliis longioribus, incanis & crispis Coroll I R Herb 10 / Salvia arborea Cretica, gallifera, folio longiore, angustiore, candido / Salvia pomifera folio longiore, duriore, et magis incano

Observée par Tournefort dans la presqu'île d'Akrotiri, entre Arcadi et le Psiloritis, entre Asomaton et Agia Triada, entre Réthymnon et Neo Horio, dans la montagne au départ de Therissos, dans les Lefka Ori, sur la péninsule de Gramvoussa (Crète).

Salvia Cretica, frutescens, pomifera, foliis longioribus, incanis & crispis Coroll I R Herb 10. Collection du MNHN-Paris

Salvia Cretica pomifera, folio longiore, angustiore magis incano, undulato et crispo, arborea. Aubriet. Ms 78. Collection du MNHN-Paris - Direction des bibliothèques et de la documentation

Salvia pomifera L., calice vert pâle, mêlé de purpurin, Spili, Crète, avril 2018.

Salvia pomifera L., galle, Spili, Crète, avril 2018.

Salvia Cretica pomifera, folio longiore, angustiore magis incano, undulato et crispo, arborea. Aubriet. Ms 78, détail. Collection du MNHN-Paris - Direction des bibliothèques et de la documentation

Salvia pomifera L., Spili, Crète, avril 2018.

" C’est un arbrisseau haut depuis 3 pieds jusqu’à 4, fort touffu, dont le tronc est tortu, dur, cassant, épais de 2 pouces, cassant [sic] rougeâtre en dedans, couvert d’une écorce grisâtre et gercée, ce pied se divise en plusieurs branches tortues aussi, épaisses comme le doigt, couvertes d’une semblable écorce, et ces branches en produisent d’autres qui sont carrées, desquelles sortent plusieurs jets opposés 2 à 2. Ces jets sont carrés aussi, blanchâtres, cotonneux, garnis de feuilles opposées aussi par paires, longues de 2 pouces et demi, quelquefois de 3, sur un pouce de large, chagrinées, blanches, raides, dures, ondées, frisées fort proprement, veinées, pointues par dessous, soutenues par un pédicule long de 7 à 8 lignes, cotonneux et sillonné. Ces jets s’allongent en manière d’épis de la longueur de 5 ou 6 pouces, chargés de fleurs opposées 2 à 2, longues d’un pouce ou 15 lignes, rétrécies en tuyau blanchâtre et évasées en manière de gorge, et divisées en 2 lèvres dont la supérieure est creusée en cuilleron, velue, bleu foncé, longue de demi pouce. L’inférieure est un peu plus longue, découpée en 3 parties, dont les 2 latérales bordent l’ouverture de la gorge, et la moyenne s’arrondit et s’étend en manière de rabat frisé légèrement sur les bords Cette lèvre est bleu lavé et pointillée de bleu turquin vers le haut. Les étamines sont blanchâtres, divisées en branches semblables en quelque manière à celles de l'os hyoïde. Le pistil est carré à sa base, garni de 4 embryons ; il se courbe ensuite dans la lèvre supérieure et devient fourchu. Le calice est un tuyau long de demi pouce, vert pâle, mêlé de purpurin, large de 4 à 5 lignes, découpé irrégulièrement en 3 mais le plus souvent en 5 parties. "

 

cf : " Cette espèce de Sauge a une odeur qui participe de la Sauge ordinaire et de la Lavande. Les jets de cette plante piqués par les insectes, s’élèvent en tumeurs dures, charnues, de huit ou neuf lignes de diamètre, presque sphériques, gris cendré, cotonneuses, d’un goût agréable, garnies assez souvent de quelques feuilles en manière de fraise : leur chair est dure et transparente quelquefois comme de la gelée. Ces tumeurs se forment par le suc nourricier, extravasé à l’occasion des vaisseaux déchirés par la piqûre. On trouve aussi de pareilles tumeurs sur la Sauge ordinaire de Candie : on les porte au marché, où on les vend sous le nom de Pommes de Sauge. " TOURNEFORT 1717, p. 77.

 

Cf aussi Belon : " Esquelles autres plantes mémorables, il croît des sauges qui portent des pommes bonnes à manger, desquelles les paysans emplissent leurs sacs, qu’ils chargent à leur col pour les porter vendre aux villes prochaines. Ils les trouvent attachées aux feuilles au commencement du mois de mai. Elles sont grosses comme une galle, couvertes de poil par-dessus, et sont douces et plaisantes à manger. " BELON, 2001 (1553), p. 97.