transparentrgpd accord

Origanum vulgare L. subsp. hirtum

Origanum Creticum C. B. Pin 223 / Origanum Creticum, Satureiae odore

Observé par Tournefort entre La Canée et Georgioúpoli, entre  Réthymon et Arcadi, entre Arcadi et le Psiloritis, entre Asomaton et Agia Triada, entre Asomaton et Vrises, dans les Lefka Ori et à Kissamos (Crète) et à Naxos.

En l'absence de part d'herbier, il est difficile de savoir quel origan désigne cette appellation. Habituellement, Origanum Creticum C. B. Pin désigne l'Origanum onites. Toutefois, dans la mesure où Tournefort décrit comme nouvelle une espèce, Majorana Cretica, Origani folio, villosa, Satureiae odore, corymbis majoribus albis, qui désigne explicitement O. onites, peut-être réserve-t-il l'appellation d'Origanum Creticum C. B. Pin ou Origanum Creticum, Satureiae odore à l'Origanum vulgare subsp. hirtum, la sous-espèce présente en Crète. Les fleurs blanches de sa description évoquent Origanum onites, mais l'architecture lâche des épis invite davantage à y voir une forme blanche d'O. vulgare. Or, les corolles d'O. vulgare subsp. hirtum sont généralement blanches (STRID 2006). Citant un Origanum Creticum flore purpureo, Tournefort précise d'ailleurs qu'il "ne diffère du commun [=vulgare] que par la couleur de sa fleur".

Enfin, la répartition des taxons nommés Origanum Creticum dans le texte conforte cette hypothèse, O. onites étant une espèce à distribution plus orientale qu'O. vulgare.

Origanum Creticum, Satureiae odore " Cette plante a plusieurs racines, des fibres brunes longues de 7 ou 8 pouces, chevelues, et pousse une infinité de tiges carrées, couvertes d’un duvet blanchâtre, accompagnées de feuilles 2 à 2 de la grandeur et figure de celles de l’origan commun, mais un peu plus velues, d’un goût très brûlant et de l’odeur de la sarriette. De leurs aisselles naissent de petits brins le long des tiges, chargés de feuilles beaucoup plus petites. Et vers le haut, ces brins, ainsi que la sommité , soutiennent des bouquets de fleurs blanches. Elles naissent sur des épis longs de 4 ou 5 lignes, et même de demi-pouce, composées de feuilles à 4 rangs, mais lâches, comme celles des autres espèces d’origan, l’épi ayant environ 2 lignes d’épaisseur. Chaque fleur est longue de 2 lignes, fistuleuse, divisée en deux lèvres dont la supérieure est longue d’une ligne, émoussée, mais échancrée. L’inférieure est un peu plus longue et divisée en 3 quartiers. Le calice est un tuyau long d’une ligne, découpé sur ses bords. "