transparentrgpd accord

6 juillet 1700, Gortyne

" Les ruines de Gortyne ne sont qu’à six milles du mont Ida, au pied des collines, à l’entrée de la plaine de la Messara, laquelle est proprement le grenier de l’île. Ces ruines montrent bien quelle a été la magnificence de l’ancienne ville, mais on ne saurait les regarder sans quelque peine : on laboure, on sème, on fait paître des moutons parmi les débris d’une prodigieuse quantité de marbre, de jaspe et de granit, travaillés avec beaucoup de soin (…). " TOURNEFORT 1717.

Gortyne, août 2017. Photo Sylvaine Pietropaoli.

Gortyne, août 2017. Photo Julia Pietropaoli.

Leontice leontopetalon L., Crète 2015. Photo Jean-Pierre Brizard.

" Le 6, nous avons visité les ruines de Gortyne et trouvé les plantes suivantes :

 

Leontopetalon ; Carlina gummifera ; Carlina umbellata lutea ; Halimus latifolius sive fruticosus B. p. ; Echinopus aculeatus, magno capite ; Aparine saxatilis, minima, incana ; Chamaeleon Salmaticensis niger Clus. ; Scabiosa Cretica, capite pappos mentiente ; Scolymus Chrysanthemus B. p. ; Ferula foemina Plinii B. p. ; Capparis spinosa folio subrotundo B. p. ; Cuminoides : Thymus capitatus qui Diosc. B. p. ; Cnicus Creticus Atractylidis folio et facie ; Melilotus quaedam singularis P. Alp. ; Lotus pentaphyllos, siliqua incana B. p. ; Ricinus vulgaris B. p. ; Hypericum Periclymeni folio ; Adiantum fol. Coriandri B. p. ; Apium palustre, sive officinarum B. p. ; Hieracium echioides, luteum, capitulis Carduus benedicti B. p. ; Hypericum Cruciforme.

 

Le 7, nous avons été voir le labyrinthe.

Le 8, nous sommes revenus au monastère d’Asomato.

Le 9 nous sommes allés à la montagne de Kendro. "

Platanus orientalis L., Gortyne, août 2017. Photo Sylvaine Pietropaoli.

" Théophraste, Varron, et Pline, parlent d’un platane qui se voyait à Gortyne, et qui ne perdait ses feuilles qu’à mesure que les nouvelles poussaient : peut-être en trouverait-on encore quelqu’un de cette espèce, parmi ceux qui naissent en grand nombre le long du ruisseau Léthé qu’Europe remonta jusqu’à Gortyne, sur le dos d’un Taureau." TOURNEFORT 1717.

 

" A Gortyne, dans l'île de Crète, il est près d'une fontaine un platane célébré en grec et en latin; il ne perd jamais ses feuilles; les fables grecques n'ont pas manqué de s'y attacher : c'est sous cet arbre, dit-on, que Jupiter eut commerce avec Europe, comme si l'île de Chypre ne possédait pas aussi un platane qui ne perd pas ses feuilles. Livre 12, V. " PLINE l'ANCIEN 2013.

 

" On raconte qu’il existe en Crète, sur le territoire de Gortyne, un platane qui ne perd pas ses feuilles (la légende veut que Zeus se soit uni à Europe sur cet arbre), tandis que tous ses voisins perdent les leurs. Livre I, 10, 5. " THEOPHRASTE 2010.

 

" Au cours d’une enquête à travers la Crète en janvier 1990, H. Baumann a observé une trentaine de platanes encore verts, parfois au voisinage immédiat d’exemplaires défeuillés, ce qui remet en cause l’explication du phénomène par un microclimat. Cependant, aucune spécificité génétique des sujets « toujours verts » n’a été scientifiquement reconnue. " Suzanne Amigues dans THEOPHRASTE 2010.